Photos-Benno-Besson-3_©-Jean-Mayerat_Green-copie.png

Un artiste suisse pour un théâtre européen

Le Théâtre Benno Besson porte depuis 1998 le nom de ce célèbre artiste, originaire de Fiez, suite à la transformation de la grande salle de fête du Casino en salle de théâtre. Dans un premier temps, l’installation du gradin de 440 places, la décoration des murs avec des références à des auteurs de théâtre n’auront pas suffi à faire changer les habitudes d’appeler cette vénérable bâtisse inaugurée en 1898 « le Casino ». Pierre Bauer, alors directeur du lieu, a eu l’idée de demander à Benno Besson son accord pour donner son nom à ce nouveau théâtre. Le « TBB » allait enfin s’inscrire dans le langage courant.

Mais qui est cet artiste dont nous n’avons que peu de témoignages écrits de son vivant ?
Pour honorer le centenaire de sa naissance, un bref rappel historique de ce parcours de vie si singulier, au cœur des agitations de l’Europe d’après-guerre : une traversée artistique éblouissante à travers la politique de la Guerre froide, la chute du Mur de Berlin et des deux grands blocs idéologiques.

100-ans-Benno-Benno2.png

Benno Besson (René-Benjamin Besson de son vrai nom)

Il est né à Fiez le 4 novembre 1922 dans une famille d’instituteurs. Il signe ses premières mises en scène dans la région d’Yverdon-les-Bains avec une troupe amateure d’étudiants. Il étudie la littérature et l’anglais à Neuchâtel, puis à Zürich, ville où il rencontre Bertolt Brecht, qui l’invite à collaborer avec lui au Berliner Ensemble comme assistant et metteur en scène de 1949 à 1958. Benno Besson travaillera ensuite au Deutsches Theater de Berlin de 1961 à 1968, puis, toujours dans la même ville, à la Volksbühne, dont il sera directeur artistique de 1969 à 1974, puis Intendant (Directeur) de 1974 à 1978.

 

De 1979 à 1982, il est artiste invité au Festival d’Avignon où il crée trois spectacles pour la Cour d’honneur du Palais des Papes, avant de prendre la direction de la Comédie de Genève de 1982 à 1989, où il monte notamment son adaptation de L’Oiseau vert de Carlo Gozzi (qui connaîtra un succès international durant plusieurs années), Dom Juan de Molière ou encore Hamlet de Shakespeare. Il travaillera ensuite essentiellement comme metteur en scène indépendant, invité dans les théâtres de toute l’Europe, et notamment au Théâtre de Vidy – Lausanne, où il créera plus de 13 spectacles.

 

Benno Besson décède à l’âge de 83 ans, le 23 février 2006, durant les répétitions d’Œdipe Tyran à la Comédie-Française.

 

Figure majeure du théâtre européen de la seconde moitié du XXe siècle et du début du XXIe siècle, Benno Besson a marqué l’esthétique théâtrale de son temps et il occupe une place importante dans l’histoire du théâtre suisse et européen. Son travail a été récompensé par de nombreux prix, dont le Prix National de la RDA en 1968, la médaille Josef-Kainz en Autriche (1982), l’Anneau Hans Reinhart en Suisse (1985) ou encore la Légion d’honneur en France (2002).

  • 4 novembre 1922 : Naissance à Yverdon-les-Bains
     

  • 1942-1948 : études à Zürich, premières créations à Yverdon-les-Bains et Paris
     

  • 1949-1978 : Années allemandes auprès de Bertolt Brecht et du Berliner Ensemble où il crée des spectacles au succès retentissant ; après le décès de B. Brecht (1956), il travaille au Deutsches Theater ; enfin, il dirige la Volksbühne dès 1969.
     

  • 1979-1982 : Artiste associé au Festival d’Avignon (France)
     

  • 1982-1989 : Directeur de la Comédie de Genève
     

  • 1989-2006 : Metteur en scène indépendant travaillant dans toute l’Europe
     

  • 23 février 2006 : Décès, alors qu’il venait d’entamer les répétitions d’œdipe Tyran de Sophocle à la Comédie-Française. Sa famille a répandu ses cendres (avec une bouteille de vin blanc) dans les eaux du Lac de Neuchâtel.