LES UNIVERS

THÉÂTRE (CH)

LES UNIVERS

DE JOËL MAILLARD

CIE SNAUT

Dans sa nouvelle création très attendue, Joël Maillard s’attaque à la théorie des univers parallèles. Un bon moyen de déjouer les sacro-saintes unités de lieu et de temps au théâtre tout en se jouant de notre époque qui ne semble pas avoir généré le meilleur des univers… Joyeux mais pas nécessairement insouciant.

On assiste à un spectacle intitulé LES UNIVERS.
On assiste aussi à un concert du groupe pop dilettante LES UNIVERS, interprétant en exclusivité mondiale des reprises d’un album, prétendument trouvé dans un marché aux puces, intitulé D’AUTRES MONDES SONT POSSIBLES, compilation thématique de chansons d’expression française étrangement passées sous les radars de l’histoire des hit-parade.
Parallèlement, on assiste à une table ronde, organisée en lieu et place du spectacle, à la façon d’une action de médiation culturelle. On y évoque une affolante pluralité d’univers possibles.
En effet, une multitude de spectacles, tous intitulés LES UNIVERS, se déroulent au même moment dans la même salle. On en perçoit peut-être quelques échos.

Fasciné par l’essai du professeur de littérature et psychanalyste Pierre Bayard, Il existe d’autres mondes (2014), Joël Maillard a sauté à pieds joints dans la théorie des univers parallèles : un postulat en physique quantique sur l’existence d’une multiplicité de mondes réels qui coexisteraient en même temps, générés par de subtiles déviations. De ce terreau fertile pour la fiction, l’auteur et comédien suisse a tiré une drôle d’histoire vertigineuse, imaginée en collaboration avec trois formidables comédiennes aux univers tout aussi parallèles que lui : trois artistes fictives répondant aux noms de Tiphanie Bovay-Klameth, Joëlle Fontannaz et Nicole Genovese, qui ont créé un spectacle librement inspiré par la théorie des univers parallèles (et lui aussi intitulé Les Univers). Un médiateur culturel les somme de s’expliquer. Une mise en abyme qui sera assurément incongrue, drôle et éclairante. En même temps.

Mercredi 12 mai 2021
Jeudi 13 mai 2021

20h

Durée:

1h40

Grande Salle

Plein tarif CHF 40.–
Tarif réduit CHF 35.–
-26 ans CHF 25.–
-16 ans CHF 15.–

Mise en scène : Joël Maillard, avec l’équipe artistique
Conception et écriture : Tiphanie Bovay-Klameth, Joëlle Fontannaz, Nicole Genovese, Joël Maillard, Alexis Rime
Jeu : Tiphanie Bovay-Klameth, Nicole Genovese, Joël Maillard
Lumière, scénographie, direction technique : Nidea Henriques
Création sonore : Charlie Bernath, Louis Jucker
Costumes : Tania D’Ambrogio
Maquillage : Sonia Geneux
Construction : Yves Besson
Images : Sophie Gagnebin

Production: Cie SNAUT – Tutu Production
Coproduction: Arsenic – Centre d’art scénique contemporain, Lausanne – Théâtre Saint-Gervais, Genève – Théâtre Benno Besson, Yverdon-les-Bains. Avec le soutien de la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon – Centre national des écritures du spectacle
Soutiens
Ville de Lausanne, Canton de Vaud, Pro Helvetia, Loterie Romande, Fondation Leenaards, Fondation Jan Michalski, Fondation Ernst Goehner, Pour-cent culturel Migros

La compagnie SNAUT est au bénéfice d’un contrat de confiance de la Ville de Lausanne, pour les saisons 2019-20, 2020-21, 2021-22.

Création à l’Arsenic à Lausanne le 2 février 2021.

Dossier de presse